TROIS FILLES DE LEURS MERE par PIERRE LOUYS

TROIS FILLES DE LEURS MERE

Titre de livre: TROIS FILLES DE LEURS MERE

Auteur: PIERRE LOUYS


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: TROIS FILLES DE LEURS MERE.pdf - 37,518 KB/Sec

Mirror [#1]: TROIS FILLES DE LEURS MERE.pdf - 35,715 KB/Sec

Mirror [#2]: TROIS FILLES DE LEURS MERE.pdf - 30,614 KB/Sec

PIERRE LOUYS avec TROIS FILLES DE LEURS MERE

Livres connexes

Ce livre comporte une table des matières dynamique, à été relu et corrigé.
Il est parfaitement mis en page pour une lecture sur liseuse électronique
AVIS À LA LECTRICE

Ce petit livre n’est pas un roman. C'est une histoire vraie jusqu’aux moindres détails. Je n’ai rien changé, ni le portrait de la mère et des trois jeunes filles, ni leurs âges, ni les circonstances.
Extrait:
Nous tombâmes tous deux sur mon grand lit, dans les bras l’un de l’autre. Elle me heurta de sa bouche. Elle me poussait les lèvres avec force, donnait sa langue avec élan… Elle fermait presque les yeux, puis les ouvrait en sursaut… Tout en elle avait quatorze ans, le regard, le baiser, la narine… A la fin, j’entendis un cri étouffé, comme d’une petite bête impatiente. Nos bouches se quittèrent, se reprirent, se séparèrent encore…
Et, ne sachant pas très bien quelles mystérieuses vertus elle m’avait fait jurer de ne pas lui ravir, je dis au hasard quelques balivernes pour apprendre ses secrets sans les lui demander.
« Comme c’est joli, ce que tu t’es mis sur la poitrine ! Quel nom cela prend- il chez les fleuristes ?
— Des nichons.
— Et ce petit Karakul que tu as sous le ventre ? C’est la mode, maintenant, de porter des fourrures au mois de juillet ? Tu as froid là-dessous ?
— Ah ! non ! pas souvent !
— Et ça ! je ne devine pas du tout ce que ça peut être.
— Tu ne devines pas, répéta-t-elle d’un air malin. Tu vas le dire toi-même, ce que c’est. »
Avec l’impudeur de la jeunesse, elle écarquilla les cuisses, les dressa des deux mains, ouvrit sa chair… Ma surprise fut d’autant plus vive que la hardiesse de la posture ne me préparait guère à une telle révélation.